Réponse sommaire :

Séralini a utilisé dix rats par sexe par groupe – le même nombre d’animaux que Monsanto a analysé des prélèvements chimiques de sang et d’urine dans ses études de 90 jours prétendant montrer que les aliments GM sont sans danger. C’est le même nombre que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) recommande pour un test de toxicité subchronique de 90 jours du type que Monsanto a fait sur ​​ses aliments génétiquement modifiés, ainsi que pour l’un de ses protocoles de toxicité chronique. Selon des experts en statistiques, des groupes de cette taille suffisent à démontrer la toxicité, mais ne sont suffisant pour démontrer l’innocuité. Cela signifie que les études de toxicité de l’industrie sur ce nombre de rats qui prétendent démontrer l’innocuité sont insuffisantes.


 

Réponse détaillée :

Les critiques affirment que Séralini a utilisé trop peu d’animaux, ce qui signifie qu’aucune conclusion ne peut être tirée de ses résultats. Mais Séralini a utilisé le même nombre d’animaux – dix par sexe par groupe – que Monsanto qui a analysé des prélèvements chimiques de sang et d’urine dans ses études de 90 jours sur les aliments génétiquement modifiés commercialisés, y compris lors de son étude sur le maïs NK603.1 2 3

Les critiques de Séralini croient apparemment que les études sur dix animaux par sexe par groupe sont suffisantes pour prouver l’innocuité, mais pas assez pour prouver le risque. Ils appliquent deux poids deux mesures.  Pire encore, ils ont inversé le principe de précaution, qui impose le fardeau de la preuve sur l’industrie qui doit prouver que ses produits sont sans danger. Ce n’est pas le travail de scientifiques indépendants et du public de prouver à la satisfaction de l’industrie et des régulateurs qu’un produit est dangereux. Il suffit de démontrer qu’il y a des raisons scientifiques valables de s’inquiéter.

Fait intéressant, le nombre réel de rats dans chaque groupe dans les études de Monsanto était de 20 par sexe. Monsanto a mesuré les poids des organes de tous les 20, mais n’a fait un rapport que des analyses de dix sur 20 des animaux pour le sang et l’urine.1 2 3 Il n’est pas clair comment Monsanto a choisi quels rats à analyser : il aurait pu choisir les rats sains ou ceux avec les poids des organes les plus sains.  Cette pratique sélective introduit la possibilité de biais et invalide les résultats de Monsanto.

Certains critiques disent que dix rats par sexe par groupe est acceptable pour une étude de 90 jours, mais pas assez pour une étude de toxicité chronique qui est plus longue. Mais le nombre d’animaux utilisés dans des expériences différentes varient considérablement. Cela dépend beaucoup de facteurs tels que l’objectif de l’expérience et les effets (ou autres paramètres) recherchés. Un autre facteur est comment et avec quel soin les chercheurs ont minimisé les variables expérimentales, telles que les animaux aient le même âge et poids. Lorsque ceux-ci sont strictement contrôlés, il y a un besoin pour moins d’animaux. C’est parce que les différences observées résultent probablement de la substance à tester.

Même les protocoles établis par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour les tests de sécurité de l’industrie diffèrent largement en ce qui concerne le nombre d’animaux requis et analysés :

  • protocole OCDE 408, les essais de 90 jours sur l’alimentarité des rongeurs que Séralini a décidé d’étendre à une période à long terme dans son étude, nécessite dix animaux par sexe par groupe.4 C’est le même nombre que Séralini avait utilisé.5 C’est également le même nombre que Monsanto qui a analysé des prélèvements chimiques de sang et d’urine dans ses études de 90 jours sur les GMO.1 2 3
  • protocole OCDE 453, ce protocole combiné de toxicité chronique et de cancérogénicité requiert dix animaux par sexe par groupe pour la phase de toxicité chronique (le même nombre utilisé par Séralini), mais 50 par sexe par groupe pour la phase de cancérogénicité.6
  • protocole OCDE 452, ce protocole de toxicité chronique, nécessite 20 animaux par sexe par groupe, mais seulement dix par sexe par groupe doivent être analysés pour le sang et la chimie clinique.7
  • le protocole de cancérogénicité 451 de l’OCDE 8 et la phase de cancérogénicité 453 requièrent 50 animaux par sexe par groupe.

Un point important, compte tenu de la controverse sur les conclusions peuvent ou ne peuvent pas être tirées de l’étude de Séralini, est que le protocole 453 de l’OCDE met en garde que l’interprétation des résultats de la phase de toxicité chronique s’appuie sur le plus grand nombre d’animaux (50 par sexe par groupe) dans la phase de cancérogénicité de l’expérience.

Séralini n’avait pas les ressources pour faire une étude de cancérogénicité à très grande échelle. Par conséquent, il n’a pas tiré de conclusions sur la cancérogénicité et n’a pas procédé à une analyse statistique sur l’incidence des tumeurs ou des effets de mortalité. Il a simplement fait remarquer les détails de l’existence et de la croissance de tumeurs dans tous les groupes, conformément à la pratique scientifique rigoureuse et aux conditions de la phase de toxicité chronique du protocole 453 de l’OCDE.6

Le fait que l’étude de Séralini n’était pas une étude de cancérogénicité ne veut pas dire que les résultats concernant les tumeurs peuvent être ignorés, comme les critiques de Séralini semblent le demander.

Ceux qui prônent cet argument doivent faire face à ses conséquences logiques. Ils recommandent en effet de que les résultats sur les tumeurs trouvés dans une étude de toxicité chronique de l’industrie suivant le protocole 453 de l’OCDE, avec dix rats par sexe par groupe, ne devraient pas être suivis et que la commercialisation du produit ou de la substance testée devrait être autorisée.

Le plan d’action responsable est de prendre en compte les résultats sur les tumeurs dans l’étude de toxicité chronique et d’exiger qu’une étude de cancérogénicité à grande échelle soit mise en œuvre. Ces études de cancérogénicité de deux ans doivent être obligatoires pour tous les OGM avant qu’ils ne soient lancés dans approvisionnement des denrées alimentaires et des aliments destinés à l’alimentation.

Des experts en statistiques remettent en question l’argument du « trop peu de rats »

Des experts en statistiques ont critiqué l’argument selon lequel Séralini a utilisé trop peu de rats pour réaliser une statistique fiable concernant des conclusions de tumeurs.

Paul Deheuvels, l’expert en statistiques de l’Académie française des sciences, a déclaré que les résultats de Séralini « fournissent des preuves très fortes suffisantes pour établir l’existence de certains effets toxiques imprévus de produits déjà considérés comme sûrs.9

Le Professeur Peter Saunders, professeur émérite de mathématiques à King College de Londres et expert en biologie mathématique a soutenu les vues de Deheuvels. Saunders a fait valoir que la petite taille des groupes d’animaux dans l’étude de Séralini rend les résultats plus, mais pas moins, convaincants. En effet, en utilisant un plus petit nombre de rats, fait qu’il est moins probable qu’un effet soit observé. Du fait que Séralini a constaté l’incidence accrue de tumeurs, même en utilisant un nombre relativement faible de rats rend ses conclusions plus fortes, pas plus faibles, car la diminution du nombre de rats diminue la probabilité qu’un effet toxique puisse être trouvé.10

Saunders a déclaré que de plus grands groupes d’animaux réduisent la probabilité d’une fausse conclusion concernant le risque sanitaire (un résultat faussement négatif) quand il y a en fait un effet cancérogène C’est pourquoi l’OCDE insiste à juste titre que l’on ait 50 animaux par sexe par groupe pour les études de cancérogénicité : Afin d’éviter de fausses conclusions concernant la sûreté.

 

Saunders a expliqué :

« Si l’expérience [de Séralini] n’avait pas détecté de cancérogénicité, à cause de groupes qui auraient été trop petits. Du fait que l’expérience l’a détectée, en dépit de groupes qui étaient petits n’est point source d’un problème. » 10

Commentant sur les critiques d’« experts » de l’étude de Séralini diffusées par le Science Media Centre (Centre des sciences de médias) basé au Royaume-Uni,11 Saunders a déclaré :

« Les scientifiques à qui il avait été demandé de fournir des coups d’éclats pour le Science Media Centre ont été prompts à objecter que Séralini et son groupe avaient utilisé le protocole pour les tests de toxicité plutôt que celui de la cancérogenèse. S’ils avaient pris un moment pour se demander pourquoi les deux protocoles sont différents, ils auraient réalisé qu’en utilisant le protocole de toxicité (et souvenez-vous, c’était la raison pour laquelle l’expérience avait été conçue pour l’étude) Séralini et son groupe avait fait moins que probable que de détecter la cancérogenèse. Pour critiquer un résultat parce que l’expérience a été menée d’une manière qui était plus conservatrice que requise est totalement injustifiable. » 10

Saunders et Deheuvels ont également souligné les nombreux types d’effets trouvés dans les groupes de traitement et comment ils se sont développés au cours du temps. Ces effets, pris ensemble, indiquent un réel effet toxique qui est peu susceptible d’être due au hasard ou à des variations aléatoires.9 12

Les interprétations de Saunders et de DEHEUVELS sont encore confortées par l’OCDE. Dans sa ligne directrice numéro 116 sur la façon de mener des études de cancérogénicité et de toxicité chronique, elle précise que le but d’utiliser des nombres plus élevés d’animaux est « afin d’augmenter la sensibilité de l’étude » – en d’autres mots, pour éviter des résultats faussement négatifs ou des erreurs de type II, lorsque l’on manque un effet toxique réel.13 Dans le cas de l’étude de Séralini, il n’y a aucun problème avec la sensibilité de l’étude : les effets toxiques des traitements ont été observés.

Le même message provient du Comité de la santé du ministère du gouvernement britannique sur la cancérogénicité (COC), qui a enquêté sur la bonne conduite des études de cancérogénicité chez le rat. Le COC adressait des préoccupations au sujet de faibles taux de survie chez certaines souches de rat, qui pouvait donner lieu à une situation dans laquelle moins de 50 % des rats survivent à la fin d’une expérience de deux ans. Autrement dit l’expérience peut finir sans avoir beaucoup de rats par rapport à ceux qui sont inclus au départ, conduisant à une faible puissance statistique lors de l’interprétation des résultats.

Crucialement, toutefois, le COC a précisé que les taux de survie faibles sont un problème dans le cas d’un résultat négatif – une conclusion que la substance en cours de test est sans danger et pas toxique ou cancérigène. C’est dans le but de protéger le public contre de fausses allégations de sûreté d’une substance.

Le COC declare :

« Pour qu’un résultat négatif [conclusion d'absence d'effet ou de sureté] à partir d’un essai biologique de cancérogénicité chez le rat soit considéré comme acceptable, la survie à 24 mois devrait être de 50 % ou plus dans tous les groupes (se reporter aux directives de l’OCDE, l’EPA et de la CE)… La survie dans les essais biologiques de cancérogénicité à long terme qui doivent être conformes aux lignes directrices actuelles du Royaume-Uni et de la CE pour l’acceptabilité d’un résultat négatif de ces études ». 14

Le COC ne se préoccupe pas du nombre de survie des rats dans les cas où l’on trouve de la toxicité, parce que dans de tels cas, les petits nombres ne soulèvent pas de problème.

Notamment, le COC a examiné des études sur différentes souches de rats, dont les rats Sprague-Dawley (SD) « de diverses sources », pour enquêter si certaines souches ou origines de rat avaient des taux de survie faibles, ce qui pourrait compromettre la validité de l’expérience. Mais il n’a noté un faible taux de survie que dans le cadre de rats SD élevés par Charles River. Il n’a pas mentionné les rats SD Harlan.

Étant donné que l’objectif du COC était d’améliorer la fiabilité des études de cancérogénicité, s’il y avait eu un problème avec des taux de survie de rats SD obtenus de rats Harlan, le COC aurait sans aucun doute fait la remarque. Il semble raisonnable de conclure que le Comité a trouvé que les rats SD Harlan ont des taux de survie acceptables.

Encore une fois, il convient de rappeler que l’étude de Séralini n’était pas une étude de carcinogénicité, et que les rats témoins utilisés par Séralini (le nombre correct, selon le protocole 453 de toxicité chronique de l’OCDE) avaient une meilleure survie que celle exigée par les lignes directrices de l’OCDE. Seulement 30 % des rats mâles et 20 % des rats femelles sont morts avant la fin de l’expérience. Seuls les rats traités ont souffert anormalement d’une mortalité élevée, avec un maximum de 50 % de rats mâles et de 70 % de rats femelles qui sont morts avant la fin de l’expérience dans certains groupes des régimes contenant du maïs génétiquement modifié.

Par conséquent les recommandations de l’OCDE pour un plus grand nombre de rats dans les études de cancérogénicité ne s’appliquent pas à l’étude de Séralini, parce que :

  1. Son étude n’est pas une étude de cancérogénicité et qu’il a évité de tirer des conclusions sur la cancérogénicité
  2. Il n’a pas tiré de conclusion en ce qui concerne la sûreté qui aurait pu être un « faux négatif », donc aucune obligation pour un plus grand nombre de rats ne s’applique dans ce cas [particulier
  3. Ses rats témoins avaient des taux de survie de plus de 50 %, encore une fois signifiant que les exigences de l’OCDE pour un plus grand nombre de rats pour éviter de fausses conclusions négatives ne sont pas pertinentes.

 

Le choix du moment est essentiel

Un ancien analyste en recherche et expert en statistiques avec une agence gouvernementale majeure, qui a demandé à rester anonyme, fait valoir que l’étude de Séralini doit être prise au sérieux. L’analyste a déclaré que les résultats ne peuvent pas être rejetés sur le fait que les groupes d’échantillons sont trop petits et que l’expérience a donc une faible portée statistique.

L’analyste a déclaré que l’aspect le plus important de l’étude n’est pas les taux de mortalité ou d’incidence de tumeurs, où les critiques ont concentré leur attention. Au lieu de cela, l’élément le plus important est le moment de tous les effets pris ensemble, qui se distingue dans la plupart des traitements pour les deux sexes. Les groupes de traitement exposés au maïs NK603 et / ou au Roundup ont développé des tumeurs et des lésions organiques beaucoup plus tôt que les témoins.

Cela plaide contre l’idée que les résultats étaient dus au hasard et en faveur de l’idée qu’ils étaient dus à des substances testées.

L’analyste a déclaré  « J’ai vu les différences de délais comme la clé, même si le rat SD était sensible aux tumeurs, car cela m’a suggéré que le traitement a été au moins d’accélérer la progression de la tumeur. Je ne vois pas de sensibilité particulière dans le temps chez les rats SD lorsqu’ils sont utilisés comme témoin. »

L’analyste a déclaré que de rejeter l’ensemble des résultats sur la base de la petite taille de l’échantillon n’est « pas défendable ». Il a conclu : « L’essentiel est que quelque chose se passe dans cette étude qui ne peut pas être – ne doit pas être – rejeté Je conclus que les OGM doivent être évalués pour la sûreté en utilisant la durée de vie de l’organisme testé.

Conclusion logique de l’argument du « trop peu de rats »

Si Monsanto et ses alliés veulent faire valoir que sur la base du nombre relativement faible d’animaux dans l’expérience de Séralini, tous les effets toxiques sont dus au hasard, alors Monsanto est libre de financer une étude de cancérogénicité utilisant un plus grand nombre d’animaux. Une telle expérience doit être effectuée par des scientifiques indépendants et ce en toute transparence. Mais Monsanto ne doit pas avoir accès au marché pour le maïs NK603 et le Roundup en attendant.

Qui doit payer pour les tests des produits de l’industrie ?

Des chercheurs financés par l’État comme Séralini ne doivent pas s’attendre à ce qu’il finance l’énorme coût des tests de sécurité à long terme sur les produits de l’industrie, qui peut s’élever à des millions. Dirk Detken, directeur des affaires juridiques à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), confirme qu’il est de la responsabilité de l’industrie de prouver la sécurité de ses produits.16 Monsanto aurait dû effectué des essais à long terme du NK603 et de la formulation complète du Roundup (pas que du glyphosate seul) pour la cancérogénicité et d’autres mauvais effets avant de faire la demande de les commercialiser.

Mais il y a un problème avec l’industrie testant ses propres produits. Les revues scientifiques comparant les études réalisées par des chercheurs financés par l’État et d’autres par l’industrie sur une variété de produits à risque, depuis le tabac 17 aux produits pharmaceutiques 18 et téléphones portables,19 ont démontré que les études de l’industrie sont biaisées dans leurs conclusions en ce qui concerne que le produit est sûr. Cela a également été trouvé être vrai des études sur les OGM.20 21

Donc, l’industrie des OGM ne doit pas être autorisée à tester ses propres produits, mais doit payer des frais d’honoraire à un fonds administré par l’État, qui commanditerait des scientifiques indépendants pour tester le produit, en leur donnant un mandat clair d’obtenir des résultats scientifiquement rigoureux.

Pour permettre à la recherche indépendante d’effectuer ses études, l’industrie doit mettre fin à sa pratique actuelle de ne pas leur donner accès aux matériaux de test nécessaires – la culture GM et la variété isogénique non GM (génétiquement identiques) 22 23 24 – et doit les rendre disponibles pour effectuer de tels tests.


Références :

1.         Hammond B, Dudek R, Lemen J, Nemeth M. Results of a 13 week safety assurance study with rats fed grain from glyphosate tolerant corn. Food Chem Toxicol (Résultats d’une étude d’assurance de la sécurité de 13 semaines sur des rats nourris aux grains de maïs tolérant au glyphosate). Juin 2004; 42(6): 1003-1014.

2.         Hammond B, Lemen J, Dudek R, et al. Results of a 90-day safety assurance study with rats fed grain from corn rootworm-protected corn. Food Chem Toxicol. (Résultats d’une étude d’assurance de la sécurité de 90 jours sur des rats nourris aux grains de maïs provenant de maïs protégé contre les chrysomèles des racines du maïs.) Fév 2006; 44(2): 147-160.

3.         Hammond BG, Dudek R, Lemen JK, Nemeth MA. Results of a 90-day safety assurance study with rats fed grain from corn rootworm-protected corn. Food Chem Toxicol. (Résultats d’une étude d’assurance de la sécurité de 90 jours sur des rats nourris aux grains de maïs provenant de maïs protégé contre les pyrales des racines du maïs.) Jui 2006; 44(7): 1092-1099.

4.          Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Directrice de l’OCDE no. 408 pour les essais de produits chimiques : Étude de toxicité orale à doses répétées pendant 90 jours chez les rongeurs : Adopté le 21 septembre 1998. 1998.

5.         Séralini GE, Clair E, Mesnage R, et al. Toxicité à long terme d’un herbicide Roundup et d’un maïs génétiquement modifié pour tolérer le Roundup. Paru dans Food and Chemical Toxicology. Novembre 2012; 50(11) : 4221-4231.

6.          Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Directrice de l’OCDE no. 453 pour les essais de produits chimiques : Toxicité / cancérogénicité chronique combinée  Adopté le 7 septembre 2009. 2009.

7.          Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Directrice de l’OCDE no. 452 pour les essais de produits chimiques : Études de toxicité chronique. Adopté le 7 septembre 2009. 2009. http://bit.ly/LxJT1Z

8.          Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Directrice de l’OCDE no. 451 pour les essais de produits chimiques : Études de carcinogénicité Adopté le 7 septembre 2009. 2009.

9.         Deheuvels P. Étude de Séralini sur les OGM : Pourquoi sa méthodologie est statistiquement bonne [Seralini study on GMOs : Why the methodology is statistically sound]. Le Nouvel Observateur. 9 octobre 2012. http://bit.ly/RtPivG

10.      Saunders P. Davantage de cancers et décès avec des aliments génétiquement modifiés : Ce que disent les statistiques. Science in Society. 16 octobre 2012.

11.      Science Media Centre. Expert reaction to GM maize causing tumours in rats [press release]. 19 septembre 2012. http://www.sciencemediacentre.org/pages/press_releases/12-09-19_gm_maize_rats_tumours.htm

12.      Deheuvels P. L’étude de Séralini sur les OGM, pomme de discorde à l’Académie des sciences [The Seralini GMO study - A bone of contention at the Academy of Sciences]. Le Nouvel Observateur. 19 October 2012. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/661194-l-etude-de-seralini-sur-les-ogm-pomme-de-discorde-a-l-academie-des-sciences.html

13.          Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Document d’orientation 116 sur l’élaboration et la conduite des études de toxicité chronique et de cancérogenèse, appuyant les lignes directrices 451, 452 et 453 : 2ème édition : Direction de l’Environnement Réunion conjointe du Comité sur les produits chimiques et du Groupe de travail sur les produits chimiques, les pesticides et la biotechnologie. 13 avril 2012.

14.      Comité Départemental de la Santé (Royaume-Uni) sur la cancérogénicité des produits chimiques dans les aliments CPatE.  Longévité dans les études de cancérogénicité chez le rat : Analyse d’une base de données préparée par le PSD : COC déclaration COC/00/S3.  Avril 2000. http://www.advisorybodies.doh.gov.uk/coc/longevity.htm

15. GMWatch. Commentaire sur les résultats de Séralini et statistiques par un ancien analyste du gouvernement. 1er octobre 2012. http://www.gmwatch.org/latest-listing/51-2012/14249

16.      Detken D. Email correspondence to Corporate Europe Observatory, 21 December. 2011.

17.      Barnes DE, Bero LA. Why review articles on the health effects of passive smoking reach different conclusions (Pourquoi les rapports de synthèse traitant des effets sur la santé du tabagisme passif sont-ils arrivés à des conclusions différentes). JAMA. May 20 1998; 279(19): 1566-1570.

18.      Lexchin J, Bero LA, Djulbegovic B, Clark O. Pharmaceutical industry sponsorship and research outcome and quality: systematic review. British Medical Journal. 2003; 326: 1167.

19.      Huss A, Egger M, Hug K, Huweiler-Müntener K, M. Röösli Source de financement et les résultats des études sur les effets sanitaires de l’utilisation du téléphone portable : Examen Systématique d’Études Expérimentales Environmental Health Perspectives. Janvier 2007; 115 : 1–4.

20.      Diels J, Cunha M, Manaia C, Sabugosa-Madeira B, Silva M. Association of financial or professional conflict of interest to research outcomes on health risks or nutritional assessment studies of genetically modified products. Food Policy. 2011; 36: 197–203.

21.      Domingo JL, Bordonaba JG. A literature review on the safety assessment of genetically modified plants. Environ Int. 4 Fév ; 2011(37): 734–742.

22.      Lotter D. The genetic engineering of food and the failure of science – Part 1: The development of a flawed enterprise. Int Jrnl of Soc of Agr & Food. 2007; 16(1): 31–49.

23.      Lotter D. The genetic engineering of food and the failure of science – Part 2: Academic capitalism and the loss of scientific integrity. Int Jrnl of Soc of Agr & Food. 2008; 16(1): 50–68.

24.      Scientific American. Do seed companies control GM crop research? 13 August 2009. http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=do-seed-companies-control-gm-crop-research

Sources de criticisme :

Declan Butler écrivain en sciences écrivant dans la revue Nature

http://www.nature.com/news/hyped-gm-maize-study-faces-growing-scrutiny-1.11566

Autorité européenne de sécurité des aliments :

http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/2910.htm

http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/2986.htm